Accueil

Plougonvelin, Histoire et Avenir, Souvenirs et Ecoute

 
Vous êtes ici : Mémoires plougonvelinoises
Ils ont marqué
la commune...
> Jacques Rongier (1921-2006)

Bibliographie Plougonvelinoise
Mémoires plougonvelinoises
Ils ont marqué
la commune...

Histoire locale de Plougonvelin
Saint Haouen (Aouen)
Plougonvelin et la Révolution
Une chapelle disparue : la chapelle Saint Paul
Publications de PHASE
Les livres
Dans les Echos de Plougonvelin
Circuits pédestres
Sites remarquables sur Plougonvelin
Le fort de Bertheaume
Toul Logot
La pointe de Saint-Mathieu
Activités de la STEPP
Evénementiel
P.H.A.S.E.

Objectifs - Résumé des activités

Conférences - Expositions
Concours photos 2011
11 novembre 1918

Suivre le fil RSS de PHASE
Ligne Ligne

Version imprimable imprimante

Jacques Rongier (1921-2006)

Directeur des foyers de la Marine, historien et… Plougonvelinois de cœur

Jacques (Louis) Rongier naît le 25 août 1921 à Sos (Lot et Garonne) au sein d’une famille originaire de Gascogne, des Landes et des Pyrénées.

Toute sa vie, il garde un profond attachement à ces terres du Sud-ouest comme en témoignent ses séjours réguliers en famille, dans ces contrées et … sa pointe d’accent chantant dont il ne s’est jamais départi.

A 17 ans, sa curiosité spirituelle et intellectuelle, son dynamisme, ses succès scolaires, le poussent à voyager et à découvrir des populations lointaines. Il prend sa décision : continuer sa formation dans la Marine nationale. En outre, on est en 1938. La guerre est proche, et il tient à y prendre part pour défendre son pays.
C’est pourquoi, il s’engage, rallie Toulon, entre à l’« École des Mécaniciens ». Période d’études, puis d’embarquements, qui se succèdent notamment sur le croiseur Suffren et le cuirassé Jean-Bart. Jusqu’en 1946, il navigue sur les principaux océans de la planète, de l’Extrême Orient en Égypte, d’Amérique latine au Maroc etc.

Il profite de longues périodes à terre, auxquels les conflits de la seconde guerre mondiale contraignent les navires de la Marine française, pour rencontrer les populations locales et y lier des amitiés. Croyant aux vertus spirituelles et formatrices du scoutisme, il met aussi à profit ses séjours, en particulier au Cambodge, en Égypte et au Maroc, pour y créer des troupes scoutes et même les associer à certains « Jamborees ». 

En 1947, c’est l’arrivée à Brest, puis à l’« École des Pupilles » qui s’est repliée à Bertheaume depuis la fin de la guerre.

L’école et les bâtiments de Bertheaume

Il rencontre Anne Quéméneur-Abgrall. Coup de foudre ! Leur mariage a lieu le 6 avril 1948 en l’église Saint Gwenaël de Plougonvelin. Ils ont deux filles, Marie-France et Bernadette, mariées à François Adrien et Olivier Coste, quatorze petits-enfants. Le 9 juillet 1993, son épouse, Anne, rejoint son petit fils Rémy décédé le 9 février 1979. 

La carrière professionnelle de Jacques se poursuit brillamment, dans le corps des« Personnels de Direction des Foyers de la marine », principalement à Rochefort sur Mer, Cherbourg, Brest, Dakar, Lorient, jusqu’à sa retraite en 1981. Il termine au grade le plus élevé, « 5 galons or » ! Détenteur de nombreuses décorations, il est notamment officier dans l’ordre national du mérite.

Puis, durant quinze ans, il occupe la fonction de président des Anciens Combattants de la commune de Plougonvelin, entretenant des relations fraternelles avec de nombreux adhérents. Son souci aigu, à leur égard, est qu’ils soient reconnus à leur vraie mesure, qu’ils obtiennent tous leurs droits et bénéficient de ce qui, légitimement, leur revient.

A partir de sa retraite, Jacques s’engage dans une démarche d’historien. Rattaché à plusieurs centres universitaires français et internationaux, chercheur associé à l’ « Université de la Bretagne Occidentale », il est membre de l’« Institut Culturel de Bretagne », et de la Société savante l’ « Hermine ». Il accompagne de nombreux étudiants aux thèmes de recherche liés à ses propres travaux, et publie de nombreux articles et ouvrages. On se souvient encore de ses régulières participations au Kannadig ! Il crée plusieurs structures et associations dont certaines sont encore actives aujourd’hui.

Sur ces sujets, il est très spécialement soucieux de sa commune de prédilection, d’« adoption », Plougonvelin, et de la terre d’Iroise. Outre les liens affectifs, familiaux et amicaux qui l’attachent à ces contrées, c’est précisément la richesse historique et spirituelle de son patrimoine qu’il tient à mettre à jour et à conserver. C’est en ce sens qu’il appuie, en particulier, les travaux de l’association « PHASE », ceux des « Amis de Saint Mathieu », et de l’association « Aux Marins » avec le lancement du Cénotaphe comme œuvre de mémoire. Il est fondateur en 2001, avec Yvon Allain, Jean Chevillotte, Henri et Marie-Louise Cloitre, Éliane Poullaouec, Edmond Roubelat et Bernadette Le Ru de l’association d’histoire locale « Plougonvelin, Histoire et Avenir, Souvenirs et Écoute », dont il est le premier président.

Il cède très rapidement, la présidence à Yvon Allain, pour raisons de santé, mais il est toujours, en 2005, de l’équipe de rédaction de « Littoral d’Iroise en Plougonvelin ».

Il nous quitte le 14 septembre 2006.


image image
image

Merci, Jacques !

PDF - 588.4 ko

Marie-France Adrien, sa fille
Rémy Le Martret, président de PHASE
Plougonvelin, avril 2016

Ligne Ligne

Dans la même rubrique
Alexandre de Beauharnais

Hippolyte, Augustin Hervé (1890-1984)

Henri Kéraudy

Marie-Ange Lannuzel née Coatanéa

Yves Lars et Jacques Petton

Marie Lenéru

Charles Abel Lorentz (1863-1941)

Eugène Lunven

R. Micheau-Vernez (1907-1989)

Yves Michel (1856-1938)

Pierre Marie Modest (1842-1868)

Edmond Novince (1856-1946)

Yvonne Pagniez (1896-1981)

Yann-Vari Perrot (1877-1943)

Valentin Perrot (1850-1871)

Gabriel Petton (1889-1955)

de Poncelin Guyomarc’h, Jean et Sébastien

Hervé de Porsmoguer (1451-1512)

P.H.A.S.E.