Accueil

Plougonvelin, Histoire et Avenir, Souvenirs et Ecoute

 
Vous êtes ici : Publications de PHASE > Dans les Echos de Plougonvelin > Objets, lieux et sites > Monstre marin

Bibliographie Plougonvelinoise
Mémoires plougonvelinoises
Ils ont marqué
la commune...

Histoire locale de Plougonvelin
Saint Haouen (Aouen)
Plougonvelin et la Révolution
Une chapelle disparue : la chapelle Saint Paul
Publications de PHASE
Les livres
Dans les Echos de Plougonvelin
Circuits pédestres
Sites remarquables sur Plougonvelin
Le fort de Bertheaume
Toul Logot
La pointe de Saint-Mathieu
Activités de la STEPP
Evénementiel
P.H.A.S.E.

Objectifs - Résumé des activités

Conférences - Expositions
Concours photos 2011
11 novembre 1918

Suivre le fil RSS de PHASE
Ligne Ligne

Version imprimable imprimante

Monstre marin

Janvier 1763.

Lettre adressée aux auteurs du journal Encyclopédique par un officier du Régiment de Royal Comtois au sujet d’un monstre marin, auquel on donne le nom d’homme de mer.

Messieurs,

Quoique on ne doive point s’attendre de la part d’un officier, qui ne s’est jamais attaché qu’au métier de la guerre, à une description exacte d’un monstre marin, telle que Monsieur Buffon et autres excellents naturalistes auraient pu en donner ;
permettez moi cependant dans ma manière de m’exprimer, de vous faire connaître ce monstre : il suffit que ce que je vais vous apprendre soit vrai : si j’avais besoin de témoins, je pourrais vous en citer un très grand nombre ; mais je ne crois point essuyer avec vous, Messieurs, le sort qu’eut l’infortunée Cassandre qu’on n’en crut point sur sa parole. Notre Régiment cantonné au Conquet, (côte de Bretagne) je voulus passer avec quelques uns de mes camarades au fort de Kermorvan, qui est au bord de la mer, sur un rocher qui forme une petite Isle, lorsque la marée monte et qui en quelque façon est néanmoins séparé du continent par de grosses pierres où les poissons échouent quelquefois, quand les eaux se retirent.

C’est parmi ces pierres que nous trouvâmes hier ce monstre auquel les vieilles gens du pays qui font un métier de la pêche, ne sachant comment le nommer, ont donné le nom d’homme de mer.

Ce monstre est long de douze pieds [1], de la tête à la queue inclusivement.
Toutes ses nageoires auraient de la ressemblance avec nos pieds ou nos mains si les doigts n’en étaient joints ensemble. Il a deux nageoires qui paraissent le caractériser davantage, et qui sont placées à la partie antérieure de l’estomac, elles ont la forme d’une main humaine grande comme celle d’un jeune homme de quinze ans ; on distingue très bien cinq doigts à chacune et chaque doigt a trois phalanges, à l’exception du pouce.

La peau de ces espèces de mains est spongieuse et blanche, au lieu que celle des autres parties est brune et très unie. Les bras au bout desquelles sont ces mains sont tout a fait intérieures.
Le monstre a à chaque flanc une autre espèce de nageoires à laquelle on compte jusqu’à vingt quatre doigts ; et cette espèce de bras auxquels ils sont attachés, répond à l’épaule, si l’on peut s’exprimer ainsi en parlant d’un monstre marin : les bras sont joints dans toute leur longueur par des peaux assez dures, qui laissent entre elles, et entre les bras et le corps une grande capacité qui parait destinée à recevoir l’eau par deux ouvertures, dont l’une est sous la nageoire qui est au bout de ce bras ; et l’autre a son issue dans l’intérieur de la bouche….

Sa bouche n’a rien d’extraordinaire ; on n’a point observé ses viscères.

J’ai l’honneur d’être, etc..

De Mengand

Source : Manuscrits Maurief. Bibliothèque Municipale Etude, Brest.

Confié à PHASE par J.R.


[1] soit environ 4 mètres

Creative Commons Attribution icon Creative Commons Noncommercial icon Creative Commons Share Alike icon Le document ci-dessus est la propriété de l'association PHASE. Les droits de ce document sont régis par une licence Creative Commons, et plus précisément les versions 1.0, 2.0, 2.5 (Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Partage des conditions initiales à l'identique) de Creative Commons, plus connue sous le nom de « CC-BY-NC-SA ».

Ligne Ligne

Dans la même rubrique
L’Ecole des Pupilles de la Marine

A Toul Logot, l’ancienne batterie côtière du XVIIè siècle surgit du passé

Le manteau de Jonas

Lochrist, trêve de la paroisse de Plougonvelin

Les Daviers

Les chemins creux

Je suis "la place du Général de Gaulle" !

Pourquoi Saint-Anne ?

Les bistrots et cafés

Les moulins à vent (Milinou avel) de Penn ar Bed

Les fontaines et lavoirs

P.H.A.S.E.