Saint Haouen (Aouen), Les moines de Saint-Mathieu et l’énigme de Saint-Bathélémy

Le 24 mars 1708, un mandement royal en Grand Conseil met fin à une procédure lancée quelques années plus tôt (1702) par les moines de l’abbaye de Saint-Mathieu à l’encontre du possesseur des manoir et métairie de Saint-Haouen en Plougonvelin.

image

L’objet de cette procédure est la récupération d’un bien qu’ils estiment toujours leur appartenir. Le possesseur actuel présente les actes de vente successifs depuis l’aliénation du bien par les moines.

Renan Mol, seigneur de Kerjean (en Trébabu), qui a repris la procédure après sa mère Anne de Tréouret, est l’actuel propriétaire acquis par acte du 8 novembre 1657, par son père Tanguy Mol, seigneur de Kerjean. Le vendeur est Jean de Kerguiziau, seigneur de Kerscao (en Locmaria-Plouzané), dont la fille [pour information hors documents] Marie et l’une des héritières n’est autre que la femme de Renan Mol.
Mol de Kerjean
Jean de Kerguiziau acquiert ces biens par deux contrats séparés datés, les deux, du 1er décembre 1642, l’un concernant le manoir de Saint-Haouen, l’autre le convenant noble et le moulin de Saint-Haouen de Jean-Baptiste d’Andigné, seigneur de la Chasse, conseiller au Parlement de Bretagne et de son épouse, Marguerite du Garo.
de Kerguiziau
Celle-ci est héritière de ces biens, entre autres, comme fille de Jehan du Garo et Claude Le Ny, seigneur et dame de Keredec. Elle est petite fille d’Hervé le Garo, seigneur de Keredec, sénéchal de Brest, époux en 1542 de Louise de Kerlec’h.
le Garo

C’est ce dernier qui obtient par contrat du 20 octobre 1563, l’aliénation par adjudication de ces biens dépendant du temporel de l’abbaye de Saint-Mathieu, évalués à 32 livres 8 sols de rente, pour la somme de 725 livres dûment enregistrée dans les comptes de Jacques Thenin, receveur général des finances en Bretagne le 20 février 1564 (n.s.).

Les moines produisent, de leur côté, un acte en forme de compte, daté du 19 avril 1540, entre Hamon le Barbier, abbé commanditaire de Saint Mahé et Martin Tronsson, pour raison du revenu de l’abbaye et un bail du 14 septembre 1524 passé par Henry le Jourbin, abbé commanditaire de Saint Mahé à frère Yves Kerbignet, prieur claustral de ladite abbaye pour le « manoir et étage noble de Saint Haouen, avec colombier, etc. ».

Faute d’apporter le titre original de la prétendue aliénation, les moines sont déboutés de leurs prétentions.

Nous pouvons penser, avec quelques raisons, que le débarquement anglo-hollandais de 1558 a eu raison du bon ordonnancement des archives de Saint-Mathieu et que celui-ci n’était pas rétabli en 1563. Nous pouvons voir aussi, dans cette aliénation, la nécessité de trouver des fonds pour réhabiliter l’abbaye fortement endommagée.

En dehors de l’histoire de Saint-Haouen proprement dite, un élément de ces documents éclaire de façon définitive un point d’histoire locale. L’abbé Mengan travaillant sur les registres de catholicité de Plougonvelin, relève un mariage en 1630 dans la chapelle de Saint-Barthélémy.

image
« Die decima nona mensis october anno divi 1630 … celebrata in capella divi bertolomei … Herveus Costiou et Elizabeth le Hir … »

Il situe cette chapelle dans le fort de Bertheaume, en raison possible d’un rapprochement phonétique, ce qui donnerait une explication quant à l’origine du nom Bertheaume. Il est repris par les historiens comme Louis le Guennec, René Couffon et Alfred Le Bars dans le nouveau répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper et Léon (1988) ou encore, plus proche de nous, Bernard Tanguy. Or, l’acte de vente du 1er décembre 1642, précise que la chapelle du manoir de Saint-Haouen est :

image
« … dédiée et fondée en l’hommage de Monsieur sainct Bertellemy… »

Au-delà de ce point d’histoire et de cette précision revenons à nos documents. La lecture des actes nous apporte aussi un certain nombre d’information et entraîne un certain nombre de questions. En premier lieu, outre la description du bien principal : « … un grand corps de logis couvert d’ardoises … avec une chambre au bout », cour close, bâtiments, chapelle, colombier, est évoqué le « manoir de Saint-Haouen Bihan » avec « vestige et vieilles murailles » d’un propre colombier … il y aurait donc un autre manoir qui aurait perdu son titre pour devenir simple convenant …

image
Saint-Haouen : pierres provenant de la chapelle ?, en bordure du « Parc ar chapel »

En second lieu, les différentes parcelles sont dénommées à l’occasion de la prise de possession. Pour un grand nombre d’entre elles, nous les retrouvons dans le cadastre de 1841. Plusieurs dénominations nous interpellent. La nécessité de connaître un tant soit peu la langue bretonne apparaît ici nécessaire. Bien sûr il y a un « mengleuz » désignant en général un lieu d’extraction de pierres, mais nous avons aussi un « coz castel » (vieux château) et un « moguer » (vieilles murailles) qui donnent une idée de l’antiquité des lieux, expressions qui révèleraient l’état dans lequel les Bretons auraient trouvé les lieux à leur arrivée.
A noter qu’il y a quelques années (1990), Marie Yvane Daire, universitaire, organisant une prospection aérienne relève des traces d’habitat ancien entre Saint Haouen et l’étang de Kerjean, proche de l’étang de Kerjean, à Tréflez ainsi qu’à Kervenny, tous ces lieux étant dans le secteur de Saint Haouen, desservi par la voie présumée romaine venant de Kerilien et passant au sud de Kervenny, sur la hauteur qui domine Saint-Haouen.

Les terres mentionnées s’étendent jusqu’à Vinigoz, à l’est, et Lezvinily, au sud-est. Ces deux mots sont des altérations phonétique de Minihy-goz (le vieux refuge, au sens religieux du terme) et Lez-Minihy (avec la mutation : Lez-Vinihy, c’est-à-dire la cour de justice du refuge, au sens féodal du terme).
Définissons le minihy : nom commun par la contraction des mots bretons « menec’h ty » – maison du(des) moine(s) – , racine latine monachus – moine – et traduit en français par refuge. Il a d’abord désigné un « lieu consacré par la résidence d’un saint », puis un lieu d’asile. Au Moyen Age, il est territoire religieux qui associe au droit d’asile un certain nombre d’exemptions et de franchises vis-à-vis des pouvoirs laïcs.

Voici donc l’état des lieux. Il soulève un certain nombre de questions quant à l’antériorité.

Si nous ne connaissons rien de cet Haouen qui a donné son nom au lieu, nous savons que ce lieu faisait partie du patrimoine de l’abbaye de Saint-Mathieu (voir les actes de gestion précités, 1563, 1540 et 1524).

Sous l’Ancien Régime, les terres de notre secteur relevaient en grande majorité de trois entités féodales, la seigneurie de Kerusas dont le siège se trouve en Locmaria-Plouzané, possession au Moyen Age de la famille de Dinan, provenant vraisemblablement d’un démembrement de la vicomté de Léon, l’abbaye de Saint-Mathieu et enfin le vicomte de Léon, lui-même. Nous savons que le vicomte en titre à la fin du XIIème siècle, dut vendre tous ses biens au Duc et en particulier, en 1275, la paroisse de Plougonvelin.

Jusqu’à quel moment ce minihy a-t-il exercé sa vocation de refuge ? Saint Aouen est-il contemporain de saint Gonvelen, le saint éponyme de Plougonvelin ?

A quel moment et comment le minihy de Saint-Haouen est-il entré dans les biens de l’abbaye ? Manifestement, celui-ci est plus ancien que l’abbaye elle-même, datée dans ses premiers éléments du XIIème siècle … à moins qu’elle n’ait été précédée par un établissement religieux … échelon précurseur de l’abbaye ? Ce précurseur pourrait-il être le minihy ?

Pour mémoire, rappelons que les vicomtes de Léon, pour asseoir leur situation sociale à l’instar des grandes familles féodales ont voulu leur nécropole familiale, fonction confiée à Saint-Mathieu avant d’être transférer à Daoulas pour des raisons de politique locale dans le conflit qui les opposait à la famille du Faou.
Enfin, n’oublions pas que la pointe Saint-Mathieu est un repère et une halte pour la navigation depuis la haute Antiquité.
En dehors des titres probants il est difficile d’établir une chronologie exacte sur Saint-Mathieu, mais la chance peut apporter une petite pièce au grand puzzle de l’histoire pour l’éclairer d’un nouveau jour. Les documents touchant Saint-Haouen, enfouis au cœur d’archives privées ont joué ce rôle.

Annexe

image
Cadastre 1841 – Implantation des manoirs de Saint Haouen et Saint Haouen Bihan (Cliquez pour agrandir)

Il est intéressant de noter la persistance de tout ou partie des appellations désignant les différentes parcelles citées dans les actes de vente et d’appropriements.

Nous notons également qu’entre 1643 et 1841, des parcelles ont été divisées comme le « Parc Nevez » qui en 1841 est très réduit par rapport aux « 3 journaux de 1643 ».

A noter également en « A », « B » et « C » le rappel de constructions anciennes (Coz Maner, Coz Castel ou encore Moguer) pouvant dater de la première occupation bretonne voir, bien sûr, bien avant.

Enfin, l’appellation « moulin du sénéchal » posait problème. S’agissait-il du sénéchal de la juridiction abbatiale, s’il a jamais existé puisque ce titre ne se retrouve pas dans les vieux papiers de l’abbaye ? En fait, cette appellation semble due au fait que le premier acquéreur, Hervé le Garo, seigneur de Keredec, était sénéchal de Brest, tout simplement.

Cette appelation « moulin du sénéchal », bien que le moulin ait disparu depuis l’élargissement de la route du Conquet au XIXème siècle, est encore présence dans la mémoire de vieux Plougonvelinois (2017).

Rémy le Martret, Plougonvelin, le 6 janvier 2017

Creative Commons Attribution icon Creative Commons Noncommercial icon Creative Commons Share Alike icon Le document ci-dessus est la propriété de l'association PHASE. Les droits de ce document sont régis par une licence Creative Commons, et plus précisément les versions 1.0, 2.0, 2.5 (Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Partage des conditions initiales à l'identique) de Creative Commons, plus connue sous le nom de « CC-BY-NC-SA ».