Plougonvelin : les morts pour la France année 1915

Né à Plougonvelin en 1890 Domicilié à Plougonvelin, lieu-dit Keruzas
Quartier-maître canonnier Embarqué sur le croiseur-cuirassé Léon Gambetta [1] Matricule Le Conquet 1492

Porté disparu dans le naufrage du navire torpillé à l’entrée de l’Adriatique le 27 avril 1915 par le sous-marin autrichien U5. _Jean Marie Le Reun avait 25 ans.

Né à Plougonvelin le 17 septembre 1893 Fils de Gouriou Louis et de Russaouen Jeanne Célibataire Domicilié à Plougonvelin, lieu-dit Keryel

11e Section d’Infirmiers Militaires En garnison à Nantes Matricule 3456 Soldat de 2e Classe

Mort de maladie à Nantes le 7 avril 1915
Transcription de l’Acte de décès de GOURIOU Pierre. (Mention « Mort pour la France » non indiquée)
Le 7 avril 1915, Pierre GOURIOU soldat de 2e classe à la 11 section d’Infirmiers militaire en garnison à NANTES né à PLOUGONVELIN le 17 septembre 1893 N° matricule 3456 fils de Louis GOURIOU et de Jeanne RUSSAOUEN, célibataire, est décédé rue de la Gare, Hôpital militaire BROUSSAIS. Dressé le 09 avril 1915 à 08 h 00 du matin, sur la déclaration de Michel Marie GOURIOU, 26 ans, soldat mobilisé au 135e Régiment d’Infanterie, en garnison à ANGERS, domicilié à PLOUGONVELIN, frère du défunt et de Camille SARAN, 37 ans, soldat à la 11e section d’Infirmiers militaire en garnison à NANTES, domicilié Place Canclause, 9, qui, lecture faite, ont signé avec nous, Louis MILLET, Chevalier de la Légion d’Honneur, adjoint spécial au Maire de Nantes pour la section de Doulon.
Pour extrait certifié conforme au Registre de cette Mairie, en exécution de l’article 80 du Code Civil. Pour le Maire, l’adjoint spécial MILLET. Transcrit à PLOUGONVELIN le 23 juin 1915.

Né à Plougonvelin le 19 décembre 1892, fils de Lannuzel Jean Yves et de Leven Marie-Laurence. Domicilié à Plougonvelin, lieu-dit Godina Célibataire

Classe 1912 Incorporé dans le 72e RI 2e Cie Soldat de 2e classe Corps 8237 Brest 1531

Le 30 avril 1915 à 05 h 00 du matin, Yves Marie LANNUZEL soldat de 2e classe au 72e) Régiment d’Infanterie, 2e Compagnie immatriculé sous le N° 5963, né PLOUGONVELIN le 19 décembre 1892, fils de Jean Yves LANNUZEL et de Marie Laurence LEVEN, célibataire, est décédé à l’hôpital temporaire N° 11 à Verdun..
Dressé le 30 avril 1915, sur la déclaration de DRON François Aimé Jean Baptiste Officier d’Administration de 2e classe Gestionnaire qui, lecture faite, a signé avec nous Médecin Chef du dit établissement Acte transcrit à Plougonvelin le 23 juin 1915
Yves Marie Lannuzel repose dans la nécropole nationale de Verdun, « Faubourg Pavé », carré 14/18, tombe individuelle 2492

Né à Plougonvelin le 13 juin 1891 Fils de Salaun François et de Lars Anne Domicilié à Loc Mazé (Saint-Mathieu)

Classe 1911 Incorporé au 2e Bis de Zouaves Soldat de 2e classe Matricule N°8351 au Corps Matricule N°1157 au recrutement à Brest

Disparu au combat à Steenstraate (Belgique) le 9 mai 1915, il avait 24 ans.
Jugement de décès de Claude Salaun établi à Brest le 1er juin 1922

Né à Plougonvelin le 28 septembre 1892 Fils de Mazé Guillaume et de Le Drast Thérèse Domicilié à Trovern

Classe 1912 Incorporé dans le 2e régiment de Zouaves Soldat de 2e classe Corps Brest 1565

Le 9 juin 1915, à 03 h 00 du soir étant à SAINT CREPIN AUX BOIS [2] . Yves Mazé est mort à l’ambulance. Il avait 24 ans

Conformément à l’article 77 du Code Civil nous nous sommes transportés auprès de la personne décédée et assuré de la réalité du décès.

Le corps d’Yves Mazé repose dans la nécropole nationale Royallieu à Compiègne (Oise) tombe individuelle, carré M n°41

Né le 21 septembre 1880 à Lampaul-Plouarzel Fils de Pierre COATANEA, et de Marie Jeanne LE ROUX, Epoux de Herveline Marie Renée HALL Domicilié à Plougonvelin Vennigos

Classe 1900 Incorporé dans le 2e RIC (caserne Fautras à Brest) Sous-lieutenant à la 2e Cie militaire de carrière  Brest 1532

Le 10 juin 1915 à 03 h 00 du matin est décédé à BAGATELLE, d’une balle à l’œil droit, inhumé au cimetière de LA HARAZEE
François Coatanéa repose dans la nécropole nationale de Saint-Thomas en Argonne (Marne) Tombe individuelle N°663

Né à Locmaria-Plouzané le 23 septembre 1889 Domicilié à Plougonvelin, lieu-dit Kerabascoet

Classe 1909 Incorporé dans le 48e RI, régiment caserné à Guingamp (22) Soldat de 2e classe Corps 05122 Brest 2932

Jean Marie Kérébel a été porté disparu au combat à Bailleul dans le Pas-de-Calais, le 9 mai 1915.
Jugement de décès du 2 mai 1921 

Né à Plougonvelin le 10 septembre 1892 Fils de Elies Prigent et de Léaustic Marie Renée Célibataire

Incorporé au 2e RAC (Régiment d’Artillerie Coloniale) 6e batterie Canonnier Corps 10424 Brest 1486

Décédé à Bayreuth le 22 avril 1915, à l’hôpital des prisonniers de guerre. Mort de maladie contractée en captivité
Acte de décès dressé le 24 avril 1915 à BAYREUTH. L’employé de l’Etat Civil signé POPP.
Le corps d’Yves Marie Elies repose dans la nécropole nationale des prisonniers de guerre à Sarrebourg (Moselle), tombe individuelle N°6487.

Né le 29 juillet 1888, à Plougonvelin Fils de Yves Poullaouec et de Jeanne Yvonne Brehier. Célibataire, domicilié à Plougonvelin, au bourg

Classe 1908 Incorporé dans le 71e RI Soldat de 2e classe Corps 2017 ou 2015 Brest 2711

Le 71e RI était en garnison à Saint-Brieuc. Il participe à la bataille de la Marne puis combat fin 1914 près d’Arras (Mercatel, Neuville-Vitasse, Monchy etc). Il est toujours dans le Nord en 1915, autour d’Arras, puis fait mouvement vers L’Argonne.
Guillaume Poullaouec a été tué à Saint-Nicolas-lez-Arras, le 16 juin 1915, il avait 27 ans
Jugement de décès, Brest 9 septembre 1921.

Né à Plougonvelin le 26 décembre 1885 Fils de Léaustic Pierre et de Kerebel Marie Jeanne Epoux de Raguénès Marie Louise Domicilié à Plougonvelin, au bourg. .(A vérifier avec l’autre Leaustic Jean , mort la même année à Tahure)

Classe 1905 Incorporé dans le 151e RI Soldat de 2e classe Matricule 07834 au corps Matricule 1354 au recrutement à Brest

Mort à La Gruerie, le 30 juin 1915, le bois de la Gruerie se trouve dans la forêt d’Argonne, entre Vienne-Le-Château et Varennes en Argonne. Une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Verdun.

Le 151e RI était en garnison à Verdun au début de la guerre. Il a participé à la bataille de la Marne puis aux combats de l’Yser. De janvier à juillet 1915, il combat dans l’Argonne et en septembre il continue en Champagne.

Né à Plougonvelin le 18 janvier 1881 Fils de Jean SALAÜN et de Marie Françoise Philomène LE GUEN Epoux de Marie Yvonne LE GUEN. Domicilié à Plougonvelin au lieu-dit Ty-Baol

Classe 1901 Incorporé dans le RICM (Régiment d’Infanterie Coloniale du Maroc) Soldat de 2e classe

Le 27 septembre 1915, à 04 h 00 du soir étant aux tranchées en avant du village de BRETENCOURT (Pas de Calais) poste de commandement. Acte de décès de Jean Marie SALAÜN, soldat de 2e classe au Régiment d’Infanterie du Maroc, 4e Bataillon Coloniale, 2e Compagnie N° matricule 204344 né à PLOUGONVELIN (Finistère) le 18 janvier 1881 "tué à l’ennemi" aux tranchées en avant du village de BRETENCOURT le 25 septembre 1915, à 15 h 00, il avait 27 ans. La constatation du décès n’a pu être faite par nous, le corps du décédé étant resté sur le champ de bataille.

Né le 25 octobre 1880 à Plougonvelin Fils de Floch René et de Herry Marie-Anne Marié à Kérébel Marie-Françoise Domicilié à Plougonvelin , lieu-dit Keraboscon

Classe 1900 Incorporé au 77e RI, 3e Cie, Matricule 11856 au corps Matricule 3366 au recrutement de Brest Soldat de 2e classe

Blessé au combat, Jean François meurt de ses blessures : "Mort pour la France" décédé à BARLY département du Pas de Calais, le 29 septembre à 11 h 00 des suites de ses blessures

Jean François Floch repose dans la nécropole nationale de Barly (Pas de Calais), tombe individuelle N°180

Né à Plougonvelin le 29 septembre 1883 Fils de Léaustic Pierre et de Kérébel Marie Jeanne  Domicilié à Plougonvelin, bourg

Classe 1903 Incorporé dans le 19e RI Corps 017584 Matricule 3373 Quimper Soldat de 2e Classe

Mort à Tahure (Marne) [3] le 1er octobre 1915 à 32 ans.

Jean François Léaustic repose dans la nécropole nationale « La Ferme de Suippes », tombe individuelle carré 14/18, N°7

Né à Plougonvelin le 27 mars 1890 Fils de Mazé Jean et de Kerriguy Perrine Célibataire Domicilié à Plougonvelin, lieu-dit Landeguinoc

Classe 1910 Incorporé dans le 19e RI Soldat de 2e Classe Corps 011501 Brest 292

Tué à Tahure dans la Marne le 5 octobre 1915

Né à Plougonvelin le 27 octobre 1883 Fils de Gélébart Pierre et de Balanch Françoise Epoux de Cam Marie-Françoise Domicilié à Plougonvelin, lieu-dit Saint-Aouen

Classe 1903 Incorporé dans le 19e RI, régiment de Brest Soldat de 2e Classe Matricule N° 017356 Brest 3257

Tué à Tahure (Marne) le 6 octobre 1915

Né à Plouzané 4 décembre 1892 Domicilié à Poulherbet

Classe 1912 Incorporé dans le 1er RIC Matricule au Corps 1°9113 Matricule 1614 ou 1514, au recrutement de Brest

Mort pour la France, tué à l’ennemi à la butte de Souain le 10 octobre 1915

Né le 18 janvier 1893 à Plougonvelin Fils de Auffret Jean et de Nedelec Marie Jeanne Domicilié à Plougonvelin, lieu-dit Prat ar Bloas Célibataire

Classe 1913 Incorporé dans le 1er régiment mixe de Zouaves et de Tirailleurs Matricule 15.493 au Corps Matricule 2023 au recrutement de Brest Soldat

Jean Marie AUFFRET prisonnier de guerre français, laboureur, âgé de 22 ans, de nationalité française, domicilié en dernier lieu à PLOUGONVELIN Finistère, est décédé à GRAFENWÖHR à l’hôpital des prisonniers de guerre le 25 octobre 1915.

Né à Plougonvelin le 6 septembre 1894 Fils de Hervé Marie Petton et de Marie Jeanne Raguénès Epoux de Françoise Marie Petton

Bourg

Monument aux morts, plaque de 1915

A l’Etat-civil, mort le 3 décembre 1915 à 11h du matin à son domicile à Poul ar Goazic


[1] Léon Gambetta Croiseur-cuirassé de 12 400 t, 22 n. Il patrouillait sans escorte à l’entrée de l’ Adriatique, le 27 avril 1915 quand il fut torpillé par l’U5, sous-marin autrichien (Cpt Ritter Von Trapp), entre Corfou et la pointe italienne de Santa Maria di Leuca. 108 survivants gagnèrent la côte dans un canot, 29 survivants furent repêchés sur les lieux du naufrage. On compta 684 victimes (dont l’amiral Sénès). De nombreux marins sont morts dans les luttes fratricides pour monter à bord des rares embarcations de sauvetage

[2] ST-CREPIN AUX BOIS, Est-Nord-Est de Compiègne (Oise), non loin de la « Clairière de l’Armistice »

[3] TAHURE MARNE, le 19e RI était un régiment d’élite de l’armée française. L’offensive en Champagne commença le 25 septembre et les combats d’une violence inouïe se prolongèrent jusqu’au 6 octobre « Bien qu’elle n’eût pas donné les résultats qu’on en attendait, cette bataille de Champagne ne resta pas sans fruits. Les forces germaniques, surprises par la violence de nos assauts, se virent contraintes de nous abandonner sur un front de vingt-cinq kilomètres, une moyenne de quatre kilomètres de terrain en profondeur, qui constituaient une zone de défenses formidables et réputées imprenables. L’ennemi laissait entre nos mains 26000 prisonniers dont 350 officiers, 150 canons, un abondant matériel de siège et de combat. Sur les 200.000 Allemands engagés au cours de l’action, 140.000 avaient été tués, blessés ou prisonniers »

Creative Commons Attribution icon Creative Commons Noncommercial icon Creative Commons Share Alike icon Le document ci-dessus est la propriété de l'association PHASE. Les droits de ce document sont régis par une licence Creative Commons, et plus précisément les versions 1.0, 2.0, 2.5 (Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Partage des conditions initiales à l'identique) de Creative Commons, plus connue sous le nom de « CC-BY-NC-SA ».