Accueil

Plougonvelin, Histoire et Avenir, Souvenirs et Ecoute

 
Vous êtes ici : Sites remarquables sur Plougonvelin > Le fort de Bertheaume > Bertheaume, suivez le guide !

Bibliographie Plougonvelinoise
Mémoires plougonvelinoises
Ils ont marqué
la commune...

Histoire locale de Plougonvelin
Saint Haouen (Aouen)
Plougonvelin et la Révolution
Une chapelle disparue : la chapelle Saint Paul
Publications de PHASE
Les livres
Dans les Echos de Plougonvelin
Circuits pédestres
Sites remarquables sur Plougonvelin
Le fort de Bertheaume
Toul Logot
La pointe de Saint-Mathieu
Activités de la STEPP
Evénementiel
P.H.A.S.E.

Objectifs - Résumé des activités

Conférences - Expositions
Concours photos 2011
11 novembre 1918

Suivre le fil RSS de PHASE
Ligne Ligne

Version imprimable imprimante

Bertheaume, suivez le guide !

Entrons dans le site

Sur la partie continentale, des casemates, ensemble de soutes à munitions, d’abris de personnels, sont encore utilisées pour divers usages liés au tourisme. Poursuivons notre chemin vers le Fort : face à la mer un théâtre de verdure, aux gradins en herbe, descend vers une grande scène où sont présentés, l’été, des spectacles musicaux ou historiques.
Des marches de bois nous mènent, après avoir franchi un pont de pierres au-dessus d’une faille, au portail qui donne accès au Fort. A gauche, un ancien corps de garde est actuellement agencé en salle d’expositions.
Une vingtaine de marches plus bas nous traversons la passerelle métallique, parfois au-dessus de flots tumultueux, nous voici au pied du Fort.
De Toul al Logot, coup d’œil sur le Fort et la plage du Perzel


L’escalade commence ! Un premier palier (1) donnant vue sur l’anse de Bertheaume est rapidement atteint.
Nous gagnons le deuxième palier (2) par un bel escalier de pierre, construit en 1744. Au centre une grille ajourée sécurise un puits ; contre les murailles une belle échauguette (guérite de guet), presque intacte, rappelle les fonctions anciennes de la place.
Côté nord, les plages éloignées de Trégana, Porsmilin, Sainte-Anne et celles, plus proches, du Trez-Hir et du Perzel, ceinturent l’anse depuis l’entrée du goulet.
Cliquez pour agrandir et déplacer la photo
Au sud, vers la haute mer, la pointe du Raz s’avance à l’horizon. A proximité, la baie de Poulizan est protégée des vents d’ouest par la pointe de Créac’h Meur.
Encore quelques marches : voici le troisième palier (3), au pied du Château ; on distingue très nettement une façade nord reconstruite, et, à l’opposé, un pan plus ancien. La partie “est” du Fort est en partie en ruines, souvenir des bombardements de 1944. Un blockhaus subsiste, intact, au-dessus duquel une grande grotte pouvait servir de refuge en cas d’attaque.
Un dernier escalier nous conduit au sommet : 220 marches depuis le début de l’aventure. Mais le panorama qui s’offre en vaut la peine : outre la Pointe du Raz apparaissent celles du Toulinguet et des Tas de Pois.
Tout là-haut à trente huit mètres au-dessus de la mer, on se prend à rêver, à revivre tous les combats qui se sont déroulés dans ces lieux, sur terre comme sur mer.
…encore quelques marches, nous voici au pied du Château…

A la nuit, le Fort s’illumine de bleu, de rouge, de jaune. Le spectacle “sons et lumières” retrace l’Histoire du site.

De ce point dominant, par temps dégagé, apparaissent les lumières des phares d’Armen et de l’île de Sein qui, vers le sud, commandent le passage si redouté des marins. En face, au Toulinguet, et, vers l’entrée du goulet, au Minou, les feux clignotent !

Majestueux, le faisceau du Phare de Saint-Mathieu, tel un métronome, orchestre ce ballet de lumières.

Creative Commons Attribution icon Creative Commons Noncommercial icon Creative Commons Share Alike icon Le document ci-dessus est la propriété de l'association PHASE. Les droits de ce document sont régis par une licence Creative Commons, et plus précisément les versions 1.0, 2.0, 2.5 (Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Partage des conditions initiales à l'identique) de Creative Commons, plus connue sous le nom de « CC-BY-NC-SA ».

Ligne Ligne

Dans la même rubrique
Histoire et légende du site de Bertheaume

La tragédie du “Glaneur”

P.H.A.S.E.