Accueil

Plougonvelin, Histoire et Avenir, Souvenirs et Ecoute

 
Vous êtes ici : Sites remarquables sur Plougonvelin > Le fort de Bertheaume > La tragédie du “Glaneur”

Bibliographie Plougonvelinoise
Mémoires plougonvelinoises
Ils ont marqué
la commune...

Histoire locale de Plougonvelin
Saint Haouen (Aouen)
Plougonvelin et la Révolution
Une chapelle disparue : la chapelle Saint Paul
Publications de PHASE
Les livres
Dans les Echos de Plougonvelin
Circuits pédestres
Sites remarquables sur Plougonvelin
Le fort de Bertheaume
Toul Logot
La pointe de Saint-Mathieu
Activités de la STEPP
Evénementiel
P.H.A.S.E.

Objectifs - Résumé des activités

Conférences - Expositions
Concours photos 2011
11 novembre 1918

Suivre le fil RSS de PHASE
Ligne Ligne

Version imprimable imprimante

La tragédie du “Glaneur”

Le 30 décembre 1808, le sloop “Le Glaneur” appareille de Brest vers 10 heures du matin pour Le Conquet, chargé d’huile destinée au fanal de Saint-Mathieu.

Vers 7 heures du soir, il arrive sous le fort de Bertheaume ; le capitaine du bateau met son canot à l’eau et se présente à la batterie Augereau (Creac’h Meur) pour faire connaître sa mission.

Pendant ce temps les deux marins à bord, “hélés ” par le commandant du Fort de Bertheaume répondent : « Français, allant de Brest au Conquet ». Le commandant du Fort leur réplique : « Accoste ou je te coule », et au même instant tire un coup de canon.

Une ordonnance est envoyée à Bertheaume pour faire cesser le feu ; mais le commandant ne l’écoute pas, pas plus que la seconde ordonnance, à qui il refuse d’ouvrir la porte du Fort. Il continue le feu, l’embarcation est coulée et les deux hommes y laissent leur vie.

Au moment où “Le Glaneur” coulait et que les deux hommes criaient : « Au secours », le commandant a “hurlé” à intelligible voix : « Tant mieux, je la voulais par le fond ».

Un seul corps fut retrouvé à Pors Ki, celui de Yves Jourdren, 64 ans, né à Saint-Mathieu. Cette lamentable affaire n’eut aucune suite de la part des autorités civiles et militaires. La seule réponse du Sous-Préfet de Brest et du Ministre de la Guerre fut : « Les victimes de ces événements n’ont dû leur malheureux sort qu’à une obstination de ne pas vouloir se faire connaître de la batterie ».

A l’époque la France était en guerre avec l’Angleterre, et le dispositif militaire des Forts de la côte était renforcé, avec sans doute des consignes très strictes.

Ligne Ligne

Dans la même rubrique
Histoire et légende du site de Bertheaume

Bertheaume, suivez le guide !

P.H.A.S.E.