Accueil

Plougonvelin, Histoire et Avenir, Souvenirs et Ecoute

 
Vous êtes ici : Publications de PHASE > Dans les Echos de Plougonvelin > La Grande Guerre 14-18 > La déclaration de guerre

Bibliographie Plougonvelinoise
Mémoires plougonvelinoises
Ils ont marqué
la commune...

Histoire locale de Plougonvelin
Saint Haouen (Aouen)
Plougonvelin et la Révolution
Une chapelle disparue : la chapelle Saint Paul
Publications de PHASE
Les livres
Dans les Echos de Plougonvelin
Circuits pédestres
Sites remarquables sur Plougonvelin
Le fort de Bertheaume
Toul Logot
La pointe de Saint-Mathieu
Activités de la STEPP
Evénementiel
P.H.A.S.E.

Objectifs - Résumé des activités

Conférences - Expositions
Concours photos 2011
11 novembre 1918

Suivre le fil RSS de PHASE
Ligne Ligne

Version imprimable imprimante

La déclaration de guerre

  •  Dimanche deux août 1914
  •  La vie continue...

    ...« Cette année-là, qui était la quatorzième de notre siècle, les premiers jours du mois d’août répandent une chaleur à faire s’évanouir les vaches dans les champs. ..... Il n’y a pas d’orage dans l’air, mais une sourde crainte serre les épaules des vivants. Rien ne bouge nulle part, sauf les paysans tenus par la moisson et le souci du pain. Alors on apprend ce que le monde avait dans le ventre : C’est la guerre. »...
    ....« A cinq heures de l’après midi, les cloches de l’église paroissiale entrent en branle, sur un mode à faire croire que le sacristain a perdu la tête. En vérité, le pauvre diable sonne le tocsin d’un incendie qui va durer quatre ans à travers le monde. »...
    ....<< Mon père donne encore quelques coups de faucille, de plus en plus lentement. Il met un genou à terre et baisse la tête. Et soudain le voilà qui se lève tout droit, jette son outil loin de lui et s’en va vers le bourg sans desserrer les mâchoires. Ma mère s’est assise par terre et pleure dans son tablier !
    P.J. HELIAS - Le cheval d’orgueil

    « Ar brezell......Les gens s’attroupent, lisent, se font lire, comprennent, tentent de comprendre.
    Trois mots et un chiffre écrits à la main d’une encre à peine sèche claquent comme des balles : Dimanche deux août 1914. »...
    ...« La messe terminée, le maire lit et commente en breton, l’avis de mobilisation.... Une musette de vivres sur le dos, des paysans quittent leur famille, leurs bêtes, leurs champs. Un kénavo qui vaut un adieu. »... « D’un coup, le pays breton s’est vidé de ses forces vives : plus de 350.000 hommes en pleine force de l’âge.
    ... Avant les hommes, les femmes aidées de tout jeunes gens, de réformés et de vieillards gagneront la première bataille : Celle de la moisson. »...
    R. LAOUENAN - 100 jours du siècle

    La vie doit continuer

    A la campagne

    ...« Assis sur le seuil, je regarde passer sur la route de vieux hommes conduisant de vieux chevaux attelés à de vieilles charrettes... un tombereau de sable monte de la mer .....Les rênes et le fouet sont dans les mains d’un garçon d’une douzaine d’années qui mène l’ensemble d’une voie sèche. Il a chargé tout seul à la pelle. C’est lui le maître maintenant. »...
    ...« Plus je grandis, plus je trouve que les vêtements des gens sont misérables. Même le dimanche, les pantalons rayés ont des pièces aux genoux. Les femmes ont décousu le velours de leurs jupes pour le mettre sur leur corselet : c’est plus propre. L’épicier n’a plus grand chose dans sa boutique... plus de cuir pour brider les sabots, d’ailleurs il n’y a plus de clous non plus. »...
    ...« A la maison, nous avons une table à ventre qui contient notre provision de farine. C’est là que ma mère pétrit son pain noir, celui qui bourre le plus et qui tient mieux au corps. Quand la pâte est prête, mon grand-père la met dans un sac blanc de gros chanvre et la porte chez le boulanger. La tourte nous revient, cuite et chaude, c’est jour de fête. Mais il faut quelques fois y mélanger quelques autres ingrédients qui étaient naguère la part des animaux. »
    P.J. HELIAS - Le cheval d’orgueil

    Dans une France encore à dominante rurale et agricole, ce sont les femmes des agriculteurs qui assument, à partir de l’été 1914, les durs travaux des champs. La guerre rend la vie quotidienne plus difficile, il s’agit tout d’abord de se procurer de la nourriture au moment où les productions alimentaires se font plus rares. Les bras manquent et les cultures sont moins productives en l’absence d’animaux de traits et d’engrais. Il faut parfois faire la queue pendant de longs moments devant les magasins d’alimentation avant d’obtenir de la nourriture, et les corps sont affaiblis par les privations.

    En Ville…

    En ville aussi il a bien fallu remplacer ceux qui sont partis au Front. Désormais, ce sont les femmes qui distribuent le courrier, s’occupent de tâches administratives, conduisent les tramways, mais on les retrouve également aux livraisons de bois et de charbons et dans le bâtiment.

    A l’usine… La majorité des femmes qui travaillent pendant la guerre avaient déjà un emploi rémunéré ; mais elles se redistribuent pour remplacer les ouvriers mobilisés, en particulier dans les emplois d’armement, notamment dans les usines Schneider.
    En poste parfois pendant plus de 10 heures par jour, les "munitionnettes" ont fabriqué en quatre ans, 300 millions d’obus et plus de six milliards de cartouches.
    A l’Ouest, près de 40 % de la main-d’œuvre industrielle est féminine.

    Et même au Front !

    Elles accompagnent l’action des médecins qui opèrent sur le champ de bataille tout en consolant les blessés. La plupart des infirmières travaillent dans un hôpital mais le transport est périlleux, souvent trop long et surtout il peut se révéler dangereux. Elles se sont donc progressivement retrouvées au plus près du front sous des tentes.

    En 1916 toutes les ambulances sont conduites par des femmes.

    Ainsi donc, aux champs, dans les usines, dans les hôpitaux, les femmes ont répondu massivement dès 1914 à l’effort de guerre : c’est le travail, même bénévole, le quotidien du foyer à gérer seule, le soutien moral au soldat, avec l’aide des enfants embrigadés comme "graines de poilus".

    Notes de recherches sur Internet et de lectures de Bernadette LE RU et Jocelyne LE GUEN.

    Publié dans les Echos de Plougonvelin de février 2009

    Creative Commons Attribution icon Creative Commons Noncommercial icon Creative Commons Share Alike icon Le document ci-dessus est la propriété de l'association PHASE. Les droits de ce document sont régis par une licence Creative Commons, et plus précisément les versions 1.0, 2.0, 2.5 (Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Partage des conditions initiales à l'identique) de Creative Commons, plus connue sous le nom de « CC-BY-NC-SA ».

  • Ligne Ligne

    Dans la même rubrique
    La Guerre vue par les élèves de CM 2 de l’école Roz Avel

    Sept frères à la guerre

    La vie dans les tranchées

    LocMaria-Plouzané : les morts pour la France 1914-1918

    P.H.A.S.E.